La Zéphyr en coup de vent

La flemme gagne du terrain en l’absence de soleil… j’ai pris les photos de cet article il y a des semaines, elle est cousue depuis encore plus longtemps, mais voilà je dois me faire violence pour enfin vous la montrer ici.

Zephyr7

C’est d’autant plus idiot que cette Zéphyr, c’est mon patron préféré de la dernière collection de Deer&Doe. Et surtout elle a été cousue en coup de vent !

Zephyr31
La collection est sortie un lundi matin, si je me souviens bien, ma commande aussitôt passée, dans ma boite aux lettres le lendemain matin et cette Zéphyr tournoyait dès le mardi soir.

Zephyr75

Je l’ai coupée en taille 40, sans aucune modification. J’ai fait la version avec l’encolure en V, et tout tombe de manière impeccable. J’ai prévu d’en refaire une en jersey rouge. Pour cette version, c’est un reste de jersey blanc, de chez tissus.net dans lequel j’ai réussi à caser la robe.

Zephyr19

Je trouve qu’elle est parfaite et j’adore son tombé. J’ai mis du temps à la tester in vivo, vu que la météo n’y met clairement pas du sien… j’ai quand même pu la porter récemment, et j’en suis très convaincue. Un vrai basique pour l’été, confortable, légère et seyante non ?

Zephyr57

Bilan du projet

Modèle : Zéphyr de Deer and Doe

Taille : 40, correspondant à mon tour de poitrine, sans modification

Matière : jersey blanc de chez tissus.net

Coût : 25 € (patron, tissu, zip, fil)

Temps passé : 3 heures

Wearibility : 5/5, un vrai basique

Publicités

La rouge Seda

Pauline Alice fait partie des créatrices de patrons que j’affectionne beaucoup : je suis très sensible à sa petite touche rétro, même si ses patrons nécessitent souvent pour moi quelques ajustements, au niveau de la carrure et de l’emplacement de la taille en général.

Seda3

Quand la Seda dress est sortie cet hiver, j’ai fondu d’amour pour la version rouge présentée. De toutes façons, c’est simple, une robe rouge et je craque. C’est ma petite robe noire, LE basique de ma garde robe (la robe rouge, hein, pas la noire, n’allez pas tout confondre).

J’ai acquis le patron, transformé un bon d’achat offert par mes chères copines Nicole et Francoise (c’est un nom de code, elles ne s’appellent pas comme ça en vrai) en coupons de coton et dentelles rouges, et j’étais prête. Le concours Craft Along Imbolc de madame Mojitricot, alias fille d’hiver, m’a offert le prétexte pour m’y mettre. Le thème était Imbolc, soit la fête païenne du printemps, et disons que les petites fleurs de la dentelle m’ont raccroché au thème!

Seda20

Je voulais mixer les 2 versions proposées : j’aimais beaucoup l’idée d’un corsage avec empiècement en dentelle, comme vu chez Aiguille Coupon Ciseaux, mais je préférais la jupe plus ajustée à la taille avec les basques.

J’ai fait une toile pour vérifier le corsage et m’assurer que je ne serai pas trop serrée par la jupe. Premier essai, c’était tout bon, comme me le confirmaient les copines venues coudre à la maison, pour notre premier après midi de couture lyonnaise !

Seda42

J’ai coupé sans crainte dans mes coupons, j’appréhendais juste la couture de la dentelle, mon pied de biche n’en avait encore jamais vu passer. Mais pas de problème de montage de ce côté la. Je me suis même fendue de coutures anglaises pour avoir de jolies finitions de corsage.

En revanche une fois finie, toute impatiente de la faire tournoyer, je l’enfile et je déchante : le corsage est trop large, les pinces poitrines mal placés et je bloque aux bras. MAIS A QUOI CA SERT DE FAIRE UNE TOILE ALORS ? Hurle-je dans mon salon.

Seda32

C’est vrai quoi, ce n’est pas la première fois que la toile est bonne mais pas la version finale… Pourtant il n’y a pas tant de différence entre un calicot de coton et ma toile de coton? Enfin, je commence donc par déplacer les pinces. Pour l’emmanchure qui bloque, je pense que c’est parce qu’elles descendent trop bas, mais malheureusement je n’ai pas assez de tissu pour redessiner les manches et le corsage. Je suis vraiment déçue… Enfin, je retire 5 cm au niveau du milieu dos et c’est mieux, mais pas parfait.

Seda36

Je trouve cette robe vraiment jolie, mais ce manque de mobilité au niveau de l’emmanchure peut quand même être un peu embêtant, elle est donc très bien, sauf si je veux aller incendier un dancefloor sauvagement. Ainsi je m’abstiendrai.

Bilan du projet

Modèle : Seda dress de Pauline Alice

Taille : J’ai coupé un 42,  j’ai enlevé 6 cm au dos, déplacé les pinces poitrines (mais à la réflexion, je n’aurais pas dû) , ajouté des poches qui ne sont pas prévue sur cette version

Matière : coton et dentelle rouge de chez mapetitemercerie

Coût : 65 € environ (patron, tissu, zip, fil)

Temps passé : 3 jours

Wearibility : je ne suis pas très à l’aise dans le corsage, alors je dirais 3/5

2016, défi jeans, ginger jeans.

Ginger9

Les pantalons et moi, c’est une histoire un peu compliquée.  Dans le prêt à porter  je ne trouve que rarement mon bonheur, comme beaucoup de femmes d’ailleurs. Il fut un temps où Gap et Levis avaient des lignes « curvy », joli mot qui me permettait de caser mes fesses dans un pantalon sans avoir de béance à la taille. Malheureusement pour les callipyges, la tendance a eu raison de ces modèles…

En couture, j’ai aussi essuyé quelques déboires  lorsque j’ai voulu me lancer dans le patron Juniper de Colette (rappelez-vous…). Au bout de 3 toiles, j’avais bien avancé mais les jambes de ce pantalon étant définitivement beaucoup trop larges, j’ai laissé tomber. Quand j’y repense, je me dis que ma copine Carmen a bien raison quand elle me dit que lorsqu’il n’y a pas beaucoup de réalisations visibles d’un patron, c’est qu’il y a un problème d’abord avec le patron !

Ginger49

Comme ces derniers mois je passe beaucoup de temps à la maison, chômage oblige, je suis assez souvent en jeans. J’en portais rarement auparavant, c’était même assez mal venu au bureau, alors j’en avais juste un. Un nouvel exemplaire me paraissait indispensable et comme je restais toujours sur mon objectif de coudre un pantalon, pourquoi pas me lancer dans un jeans ? En plus, Carmen organisait un stage de couture pendant 3 jour, c’était le projet idéal à emmener dans mon sac à dos.

J’ai choisi un patron, décliné moult fois par les couturières de la planète, le désormais classique Ginger Jeans, de Closet Case Patterns. Pour les Petites Mains Nomades, nous devions préparer notre toile, sans ajustement.

Ginger34

Nous voilà donc arrivées à la Manufacture Bohin, sous le crachin soleil normand avec les comparses couturières, prêtes à coudre. Des machines Janome rutilantes, fraîches sorties du carton nous attendaient, les fers à repasser chauffaient déjà. Nous avons d’abord procédé aux ajustements sur nos toiles, nous avions toutes un projet différent et à la fin de cette première journée, tous tombaient à la perfection.

petitesmains3

Le deuxième jour, j’ai préparé mes pièces. Le jeans a tendance à bouger à la coupe, j’ai décidé de couper sur une épaisseur simple. J’ai soigneusement coupé la doublure, thermocollé quelques pièces, bien reporté toutes les marques, j’étais prête à commencer à coudre.

Et là, CATASTROPHE. J’avais coupé deux fois la même jambe. Comme une idiote, j’avais oublié de retourner le patron en le répétant la deuxième fois sur mon tissu. Ma dernière journée de stage était bien compromise, vu que bien entendu, je n’avais pas de rab de tissu…

Ginger43

J’avoue que j’étais bien dégoûtée, je m’imaginais déjà rentrer a la maison avec mon nouveau jeans… En attendant, pendant que les copines avançaient sur leur projet, je me suis entraîné à monter la braguette.

De retour à Lyon, j’ai filé chez Mondial tissus, recoupé la jambe manquante et tout assemblé vite fait bien fait! Comme c’est un jeans bien plus élastique que le calicot de ma toile, j’ai ôté 3 cm de largeur aux jambes, et 2 à la taille. Maintenant que je l’ai porté, je me dis que j’aurais pu enlever 1 cm de plus, et supprimer le centimètre que nous avions ajouté sur l’empiècement dos, mais c’est un détail. J’aurais pensé que ce jeans se détendrait plus après une journée et non, la bonne surprise ! Sur ces photos, je le porte depuis 3 jours et il se tient plutôt bien.

Ginger25

Je suis très fière de mon jeans, il me va bien et surtout il me rappelle les quelques jours passés avec les copines couturières lors de nos Petites Mains Nomades. C’était la première édition de ce stage, et je ne peux que vous le conseiller : nous avons été traitées comme des reines ! Lolie qui s’occupait de la partie logistique du stage était aux petits soins, le matériel des sponsors (Janome, Brabantia et Braun, rien que ça) impeccable (pour tout vous dire je rêve encore du fer Dark Vapeur, et de sa planche à repasser, mon matériel étant comment dire… Plus archaïque ), l’hôtel parfait (mon lit faisait environ 6 m2).

Ginger39

Et surtout, passer 3 jours avec Carmen, Natacha, Patricia, Marianne et Lollie, à coudre, à discuter couture, et patrons, et techniques, et tissus et à bien rigoler, c’était vraiment, vraiment chouette. Merci encore les filles ! Pour celles et ceux que ça intéresse, Carmen et Lollie préparent une nouvelle édition pour cet automne. (Toutes les infos seront )

Ginger58

petitesmains5 petitesmains4

Bilan du projet

Modèle : Ginger Jeans, Closet Case Paterns

Taille : J’ai coupé un 16, qui correspond à mes hanches, nous avons ajouté 7 cm sur le plein des fesses, 1 cm à l’empiècement dos (que je supprimerai sur une prochaine version, j’ai enlevé 6 cm à la taille et 3 cm de largeur sur les jambes

Matière : jeans stretch de chez Mondial Tissu

Coût : 70 € environ (patron, jeans, zip, fil, rivets – pas encore posés)

Temps passé : 3 jours

Wearibility : je me sens très bien dedans, je le porte constamment, mais je mets juste un bémol sur l’imprimé dont je ne suis pas très fan (mais je n’ai pas eu trop le choix, j’étais un peu en retard pour acheter mon tissu avant le stage)

J’veux du soleil

C’est ainsi que je pourrais appeler ma petite collection printemps/été ! Je m’étais déjà prêtée à l’exercice pour les saisons automne/hiver 2014/2015 et printemps/été 2015. Avec mon déménagement de septembre, je n’avais pas renouvellé pour cet automne/hiver et je n’ai finalement pas beaucoup cousu pour moi non plus…

L’idée qui guide ces petites collections, c’est d’anticiper les projets couture, en fonction du besoin de vêtements, de leur compatibilité avec la garde robe existante et de leur cohérence avec mes envies et mon style habituel. L’été dernier j’avais été un peu ambitieuse et je n’avais cousu que 4 des robes prévues, sur les 8 espérées. Je vais donc être un peu plus modeste aujourd’hui !

Petit bilan quand même de mes projets de ces derniers mois, avant de vous présenter ceux à venir.

– 2 plantains, le classique t-shirt en jersey de Deer and Doe, offerts à mes sœurs,

– une Xerea de Pauline Alice, initialement prévue pour ma soeur, à qui le tombé ne plaisait pas, et offerte à ma mère qui en est ravie,

– une Cami de Pauline Alice, pour remplacer la sus-nommée Xerea dans le dressing de la frangine,

– un Châtaigne de Deer & Doe pour moi, non blogué, fait dans les restes du lainage de ma Cami,

– un manteau Butterick, je vous en ai un peu parlé ici !

– j’ai aussi tricoté un châle Wavy wavy de Mathieu Arnold pour l’anniversaire de ma maman, et je me suis fait un petit baable hat.

tricot

Pas autant de couture que j’aurais aimé, mais pourtant j’ai le nez dedans quasiment tous les jours, avec le CAP de couture flou que je prépare en candidat libre et un projet professionnel sur lequel je travaille pas mal.

Mais regardons maintenant vers le soleil qui poudroie et le ciel qui miroite. Été pour moi, ça veut dire robe, robe, robe. Donc il y a des robes (mais pas que !)

planche PE2016Pas mal de rouge, c’est back to basics pour moi, la couleur que je porte le mieux, que j’adore et qui commençait à me manquer… Pour les modèles :

– une Seda de Pauline Alice, en coton et dentelle rouge de chez My Little Mercerie,

– Deux Zéphyr, une rouge et une blanche, de Deer and Doe, en jersey de chez Tissus.net,

– Une Monéta chez Colette, en jersey tatoué pour la journée (je sais, je sais… je ne le ferai plus, c’est un achat d’avant),

– Une Anna de By Hand London, j’ai tellement porté la version 2015 qu’il m’en faut forcément une autre, je n’ai pas encore choisi son tissu

– Mon arlésienne personnelle, j’en parle depuis mes début en couture il y a 2 ans, la Butterick B5605, en coton étoile rouge et Blanc, de chez Reine

– Et en bonus, une robe noire patronnée par mes soins pour mes futures noces d’étain, si j’arrive à faire ce que j’ai en tête, ça va être CANON

Mais aussi,car il n’y a pas que les robes dans la vie :

– Un Ginger Jeans de Closet Case Patterns, en jeans étoilé de chez Mondial,

– Une chemise à manche courte Mélilot  de Deer & Doe, en coton léger à pastèques de chez Mondial Tissus,

– Et si c’est possible, je me frotterais bien au body Nettie de Closet Case Patterns en jersey rayé (chez complètement craqué sur celui de Clo !), au pantalon Sorell de Pauline Alice  en lin et à la jupe-short de course de chez Jalie .

Si on se faisait une toile ? Le cas du manteau 

Le manteau … En voilà une belle étape dans une épopée en couture, non ? En 2015, c’était en tous cas le défi que je m’étais lancé. Je possède un magnifique manteau noir, très ninja, qui après 10 ans de loyale compagnie commence à fléchir. Comme il a beaucoup d’allure, j’en voulais un digne de lui succéder. Hélas, je n’ai encore rien vu depuis 2 ans que je scrute les collections qui me fasse très envie. Sauf celui-ci :

Look-jour

J’aime beaucoup le style des Obama, et surtout celui de Michelle. Bien entendu ce manteau n’était clairement pas dans mes moyens, mais le patron Butterick qui s’en inspire clairement, oui !

Quand je suis tombée dessus j’ai bondi de joie, je l’ai commandé et j’ai admiré la pochette pendant des mois.  Oui oui c’est ça la gestation d’un  projet. (En vrai j’avais un peu la trouille) (beaucoup).

Manteau54

Un soir j’ai décidé de décalquer le patron, et ce passage est déjà en soi en morceau de bravoure. J’ai envahi le salon et j’ai décalqué les 12000 pièces. J’ai toujours un doute avec les patrons américains, malgré les grilles des tailles indiquées je les trouve toujours trop grands. Je me suis décidé pour un taille 14/miss (bonnet A/B). En revanche, ça c’est un truc génial avec patrons américains : il y a souvent 2 tailles de bonnet proposées!

Ensuite j’ai soigneusement rangé mes pièces et j’ai laissé passer quelques mois.

Je vous ai prévenu c’est LE projet 2015, alors il a pris son temps !

Manteau20

Un après midi, j’ai fait une toile dans un vieux drap, histoire de m’assurer que j’avais choisi la bonne taille, ça me semblait correct. J’ai tout rangé à nouveau.

Un jour de soldes chez Bennytex, j’ai acheté ce lainage mignon et pas cher. Mon idée était de faire une toile portable, pour tester l’assemblage et le tombé final du manteau. Il y avais plusieurs points techniques que je n’avais jamais abordés : déjà coudre un lainage, un peu épais, puis poser une doublure, monter des épaulettes … Je voulais faire un galop d’essai avant d’investir dans le drap de laine rouge de mes rêves.

Manteau7

En septembre, j’ai découpé et marqué au point tailleur toutes les pièces du manteau et de la doublure, et j’ai tout rangé dans des cartons avant de déménager.

En décembre, armée de ma nouvelle surjetteuse d’amour et de temps subventionné par mes cotisations sociales, j’ai commencé à tout assembler. Je me suis trouvée assez idiote d’avoir tant appréhendé car au final, tout fonctionnait bien : les explications étaient claires, l’assemblage assez simple. Jusqu’aux boutonnières. Là, problème : j’ai passé des heures à les faire et les défaire avant d’abandonner et de laisser, à nouveau, mon manteau de côté.

2015 était bien finie, pas mon manteau.

Toutefois, j’en voyais quand même le bout ! Lorsque je m’y suis réattaqué, les boutonnières ont filé toutes seules, va comprendre… Le printemps est arrivé, et l’envie d’en finir aussi. J’ai couvert et cousu les boutons, assemblé la doublure et voilà, c’était fini !

Manteau13

Le mois d’avril n’étant pas forcément propice pour porter un manteau de laine, je ne l’ai pas mis du tout. Je suis aussi mitigée sur ce projet : à la fois très fière d’en être venue à bout, je pense qu’il est un peu grand, et que la taille en dessous serait mieux, je ne le trouve pas ultra seyant. Cette toile à le mérite quand même de m’avoir fait comprendre quelques points techniques, par exemple, pour monter la doublure sur la prochaine version, je ferai plutôt selon la version du pas à pas de Géraldine ici, que comme sur l’explication du patron que je trouve moins propre. Il faudrait aussi que je trouve comment soutenir le bas du manteau, si vous avez des idées, je prends !

Manteau47

Bilan du projet

Patron : Butterick B5966

Taille : 14, bonnet B, sans modification

Tissu : Lainage Bennytex, doublure et boutons à couvrir Les Coupons de Saint Pierre

Coût : environ 30 euros (patron/tissus/mercerie)

Temps passé : beaucoup…

Wearability : pas éprouvée, mais je pense ne pas le porter beaucoup, c’est surtout une toile avant la version définitive

 

Airelle rocks en twist

J’aime vraiment la blouse Airelle, alors je ne pouvais pas rester sur l’échec de la précédente version (pour cause de tissu qu’on ne peut pas laver, contrairement à ce que m’avait certifié la vendeuse, la garce… je ne m’en suis toujours pas remise) Surtout, depuis que j’avais acquis cette parfaite mini en cuir, il me fallait un haut qui lui fasse honneur.

Ce haut, c’était Airelle évidemment… ce que j’adore sur cette blouse, ce sont les 2 pinces qui la cintrent, en cela elle diffère de bien des modèles.

Pour rappeler le cuir de la jupe, je lui ai cousu du passepoil en simili cuir sur les empiècements d’épaules et le dos, et je lui ai rallongé les manches. Rien de bien compliqué, j’ai juste prolongé la ligne du patron. Au final, je trouve les manches un peu larges, si je réitère avec cette modification, j’affinerai un peu.

caote-devant-airellesdevantdetail_devant_airelledevant-plain-pieddetail_dos_airelledevant-airelle

Bilan du projet

Modèle : Airelle de Deer and Doe

Taille : 40

Matière : Baptiste de coton Twist Mustard, Atelier Brunette, passepoil simili cuir

Coût : 30 € environ

Temps passé : 2 heures, tout était déjà décalqué et testé depuis les 2 versions précédentes

Wearibility : Je ne saurais le dire ! Je ne l’ai pas beaucoup portée, elle plaisait beaucoup à ma maman, alors je lui ai offerte 😉

Cambie bis

La deuxième saison de la Cambie dress n’aura pas attendu bien longtemps avant de faire son come back sur vos écrans.

Après la première version en rouge ici, voici la Cambie d’hiver, en étamine de laine.

cambie-plain-pied

Cette fois, j’ai fait la version B, avec la jupe évasée qui tourne. J’aime vraiment cette robe, elle est confortable, élégante avec son corsage en coeur et ses petits manchons froncés, et en plus elle a des poches.

cambie-cote-poche

Je dois vous dire que je suis une fervente militante de la poche dans le vêtement féminin. Je m’insurge, je peste, je hurle sur les vêtements du commerce qui mettent des poches sur les habits de bébé et pas sur ceux des femmes. C’est sûr qu’une crevette de 6 semaines a un besoin impérieux de ranger son portable et ses clés, et que ma priorité à moi est d’abord de conserver mes lignes de fâââme parfaite sans les contrarier d’une poche gonflée de mouchoirs ou de monnaie. Pour ça, je me dois de trainer un sac à main boulet de 210 kg, n’est-ce pas ? (indice : NON)

cambie-dos-chapeau

Donc la Cambie je l’aime, alors je l’ai refaite sans difficulté, et rapidement vue que la première version était impeccable. J’ai doublé le corsage avec une doublure gris perle, et voila j’étais parée pour le réveillon!

cambie-dos-tournecambie-encolure

La Cambie en bref

Modèle : Cambie dress de Sewaholic patterns

Temps : une petite après-midi

Taille : 10

Matière : étamine de laine de chez Bennytex (environ 10 €/mètre), 80 cm de doublure (2,90/Mètre) Les coupons de Saint Pierre

Coût : tissu+fil+zip = environ 25 €

Portabilité : un grand 5/5 pour le retour de la Cambie