Celle qui ne cousait plus de robes

Depuis cet été, j’ai juste cousu 2 robes, une Zéphyr et une Aubépine plus récemment. Ces robes ont un point commun, qui est aussi la raison pour laquelle je n’ai pas beaucoup cousu pour moi ces derniers mois : elles me permettent de ranger mon ventre !
Me faire à l’évolution continue de mon corps qui fabrique un petit humain n’a pas été très évident. En couture, ça se traduit par une incapacité totale à me projeter dans des vêtements, de grossesse ou même post grossesse. Je n’avais pas envie de passer du temps à envisager et coudre des vêtements pour un temps à la fois court et imprécis.

De la même manière, je ne voulais pas me lancer trop tôt dans des projets de layette. Il me semble assez inutile de fabriquer des vêtements pour les premiers mois du bébé, car j’imagine qu’il ne les mettra pas longtemps, et on peut en récupérer tellement facilement en seconde main…

Pour retrouver le plaisir de la couture je me suis donc lancé dans de petits projets, des accessoires, des draps. J’avoue que ce ne sont pas des projets extrêmement passionnants… Je vous les montre quand même car pour les réaliser, je n’ai eu recours qu’à différents tutoriels gratuits, donc ça fait un petit kit de liens pour la naissance qui peut être utile.

Priorité souliers

Commençons donc par les petites chaussures… C’est important dans la vie d’être bien chaussé, même si des chaussures à cette taille relèveront certainement plus de la décoration instagrammable plutôt que de vrais souliers à porter ! Mais c’est tellement mignon, je n’ai pas pu m’empêcher d’en coudre … j’ai utilisé le patron des Cloth Baby shoes de Joana Armour, trouvé lors de pérégrinations pinterestiques.  

   

Jouer à la baballe

Je pensais évacuer des chutes, mais ce n’est pas avec cette balle que vous ferez de la place dans votre stock ! Il faut un tout petit peu de tissu, du rembourrage et de la patience car l’assemblage final se fait à la main. Le tutoriel se trouve sur le site alternative-montessori.com, mais après en avoir monté une première, j’ai préfèré suivre l’assemblage préconisé ici. Pour information, que les coutures à la main ne vous rebutent pas trop j’ai mis 3 heures pour tout faire (découpe, couture, assemblage).

balle

S’affaler dans le coussin

Au yoga prénatal j’ai rencontré cette grosse saucisse et mes copines multipares m’ayant aussi conseillé l’acquisition d’une de ces bestioles, je me suis un peu renseigné. Bien sûr, j’ai été effarée par les prix, comme c’est immanquablement le cas dès qu’il y a « grossesse », « naissance » ou « puériculture » accolé au nom d’un produit. 

J’ai donc suivi le tuto coussin d’allaitement du blog Dans ma petite roulotte. Je l’ai rembourré avec des Granules de liège, j’en ai pris 50 litres et ça m’a coûté moins de 30€. J’ai utilisé des chutes et des Zips de mon stock pour faire 2 housses. Depuis la saucisse et moi on passe beaucoup de temps ensemble, mon époux en serait presque jaloux.

coussin

Ranger ses affaires

Comme je vais recycler mon atelier couture en chambre de bébé, ma table de découpe va devenir celle à langer. Je vais donc ranger ciseaux et bobines… Pour les nouvelles affaires sur cette table, j’ai cousu quelques petits paniers vide-poches, toujours dans les chutes de mon stock.

vide-poche

Se mettre dans de beaux draps

Et pour finir le petit tour de ces projets pas trop glamour, voici les draps et alèses ! Pour le lit du bébé, j’ai récupéré mon lit d’enfant, je l’ai repeint mais malheureusement il n’a pas des dimensions standards. j’ai donc dû faire faire un matelas, et m’atteler au linge de lit ! Rien de bien compliqué non plus, j’ai suivi ce tuto en l’adaptant à mes mesures et c’est parfait . J’ai trouvé le tissu pour les alèses chez Toto à Lyon, à 12€/M, en 2 mètres de large, pour les draps, c’est toujours du recyclage !

 

Publicités

l’Arlésienne Butterick 5605

Arlésienne ou presque ! Cette robe, ça fait plus de 2 ans que je vous en parle… je crois bien que c’est même la première robe dont je vous parlais sur ce blog ! Mais finalement la voici …

C’est une robe faite à partir du patron Butterick B5605, un patron vintage de l’année 56. J’avais vraiment craqué sur son dos, dans sa version avec un noeud dans le dos.

butterick 5605

J’ai mis très longtemps à en venir à bout : entre le moment où j’ai acheté le patron et le tissu, il s’est passé plus de 2 ans. J’avais essayé de la coudre lors de mes débuts devant la machine à coudre, mais je me suis tout de suite heurtée au problème du gousset.

Les découpes du corsage de la robe forment une pointe au dessus de l’emmanchure, et cette pointe est renforcée sur l’envers par un petit carré de tissu, comme pour un gousset.

J’ai mis un bon moment à comprendre son usage (renforcer cette pointe), comment la monter, et ensuite à le faire proprement. L’autre difficulté dans l’assemblage du corsage était l’arrondi poitrine, il y a d’ailleurs un des cotés où il reste des petits plis, mais je vivrai bien avec. Pour en venir à bout, j’ai suivi les conseils de qui a essuyé les mêmes difficultés que Karen, du blog Did you make that !

_MG_9702

J’ai fait deux toiles pour le corsage, en passant d’une taille 14 à un taille 12. Il y a quelques modification : j’ai coupé la jupe devant et le milieu du corsage devant au pli, car je n’aimais pas la couture au milieu. J’ai aussi supprimé les deux larges plis plis sur les fesses, pas vraiment la peine de rajouter du volume ici dans mon cas.

_MG_9696

Dans cette version finale, j’ai opté pour la bande boutonnée dans le dos, plus légère que le gros noeud. Le corsage est doublé dans le même coton, mais blanc avec les étoiles rouges, avec lequel j’ai également recouvert le bouton du dos.

_MG_9706

Je me suis planté en coupant mon milieu avec les valeurs de couture, par conséquent, au moment de l’assemblage, j’avais trop de tissu par rapport au corsage, alors j’ai juste rajouté deux petits plis creux pour résorber l’embu et c’est très mignon.

_MG_9709

Pour conclure, elle m’a donné du fil à retordre quand même entre les premiers essais en 2014 et 2016, mais au moins j’ai pu mesurer les progrès accomplis entre mes débuts en couture et aujourd’hui, car en la cousant cette fois, je n’ai pas peiné du tout.  Les patrons vintage Butterick ont toujours une coupe seyante, et finalement on apprend des techniques mystérieuses, et ça c’est chouette.

_MG_9693

Résultat : je la porte beaucoup depuis qu’elle est terminée, elle est confortable, élégante et elle tourne !

Allez, une dernière photo avant le petit bilan, un peu floue mais avec un Bretzel néo-zélandais qui squatte !

_MG_9711Bilan du projet

Modèle : Butterick 5605

Taille : 12, correspondant à mon tour de poitrine, sans modification

Matière : Coton de chez Tissu Reine (9,90€/M)

Coût : 45 € (patron, tissu, zip)

Temps passé : quand on aime, on ne compte pas hein !

Wearibility : elle a gagné son 5/5 !

 

C’est pas un crime de porter des pastèques

Ni une Mélilot à pastèques d’ailleurs ! Surtout qu’à Lyon, l’été est arrivé et que soudainement il fait chaud. Si chaud, si beau … j’avais oublié cette sensation de l’air directement sur la peau.

Melilot7

Melilot37

Le temps parfait pour enfin sortir mes robes et ma jolie Mélilot cousue il y a un petit moment. Quand j’ai reçu le patron, j’étais très inspirée par la version légère et blanche d’Eléonore. Mais lors d’un passage chez Mondial Tissus, je suis tombé sur ces jolies pastèques que j’ai tout de suite vues transformées en Mélilot.

Melilot10

Mélilot est un patron de chemise, issu de la dernière collection Deer and Doe, les manches sont tombantes, col Mao ou rond et option poches poitrine plaquées. Toutes les finitions sont en couture anglaises, qui est je crois ma finition préférée. Sur ce patron, la technique est détaillée dans le livret. Pas la peine de vous spécifier qu’elle est simple à coudre grâce à la pédagogie claire habituelle de Deer and Doe.

Melilot16

Initialement, j’étais plutôt partie sur la version col Mao, une finition que j’adore, toutefois comme je savais que je la porterai surtout avec mes jupes vertes et rouges, le col rond m’a paru plus approprié.

Melilot45

Melilot6

Ce tissu est une joie sur la peau, léger et fluide, je suis conquise ! J’espère simplement qu’il ne va pas s’abimer trop vite, il me semble un peu fragile ; je vais quand même me laisser le temps de la porter avant de juger !

Melilot56

Melilot61

Bilan du projet

Modèle : Mélilot de Deer and Doe

Taille : 40, correspondant à mon tour de poitrine, sans modification

Matière : Viscose de chez Mondial Tissu (12,99€/M)

Coût : 35 € (patron, tissu, boutons, fil)

Temps passé : 4 heures

Wearibility : je la trouve parfaite mais vu le printemps tardif je ne l’ai pas encore beaucoup portée  donc pour l’instant 4/5

La Zéphyr en coup de vent

La flemme gagne du terrain en l’absence de soleil… j’ai pris les photos de cet article il y a des semaines, elle est cousue depuis encore plus longtemps, mais voilà je dois me faire violence pour enfin vous la montrer ici.

Zephyr7

C’est d’autant plus idiot que cette Zéphyr, c’est mon patron préféré de la dernière collection de Deer&Doe. Et surtout elle a été cousue en coup de vent !

Zephyr31
La collection est sortie un lundi matin, si je me souviens bien, ma commande aussitôt passée, dans ma boite aux lettres le lendemain matin et cette Zéphyr tournoyait dès le mardi soir.

Zephyr75

Je l’ai coupée en taille 40, sans aucune modification. J’ai fait la version avec l’encolure en V, et tout tombe de manière impeccable. J’ai prévu d’en refaire une en jersey rouge. Pour cette version, c’est un reste de jersey blanc, de chez tissus.net dans lequel j’ai réussi à caser la robe.

Zephyr19

Je trouve qu’elle est parfaite et j’adore son tombé. J’ai mis du temps à la tester in vivo, vu que la météo n’y met clairement pas du sien… j’ai quand même pu la porter récemment, et j’en suis très convaincue. Un vrai basique pour l’été, confortable, légère et seyante non ?

Zephyr57

Bilan du projet

Modèle : Zéphyr de Deer and Doe

Taille : 40, correspondant à mon tour de poitrine, sans modification

Matière : jersey blanc de chez tissus.net

Coût : 25 € (patron, tissu, zip, fil)

Temps passé : 3 heures

Wearibility : 5/5, un vrai basique

La rouge Seda

Pauline Alice fait partie des créatrices de patrons que j’affectionne beaucoup : je suis très sensible à sa petite touche rétro, même si ses patrons nécessitent souvent pour moi quelques ajustements, au niveau de la carrure et de l’emplacement de la taille en général.

Seda3

Quand la Seda dress est sortie cet hiver, j’ai fondu d’amour pour la version rouge présentée. De toutes façons, c’est simple, une robe rouge et je craque. C’est ma petite robe noire, LE basique de ma garde robe (la robe rouge, hein, pas la noire, n’allez pas tout confondre).

J’ai acquis le patron, transformé un bon d’achat offert par mes chères copines Nicole et Francoise (c’est un nom de code, elles ne s’appellent pas comme ça en vrai) en coupons de coton et dentelles rouges, et j’étais prête. Le concours Craft Along Imbolc de madame Mojitricot, alias fille d’hiver, m’a offert le prétexte pour m’y mettre. Le thème était Imbolc, soit la fête païenne du printemps, et disons que les petites fleurs de la dentelle m’ont raccroché au thème!

Seda20

Je voulais mixer les 2 versions proposées : j’aimais beaucoup l’idée d’un corsage avec empiècement en dentelle, comme vu chez Aiguille Coupon Ciseaux, mais je préférais la jupe plus ajustée à la taille avec les basques.

J’ai fait une toile pour vérifier le corsage et m’assurer que je ne serai pas trop serrée par la jupe. Premier essai, c’était tout bon, comme me le confirmaient les copines venues coudre à la maison, pour notre premier après midi de couture lyonnaise !

Seda42

J’ai coupé sans crainte dans mes coupons, j’appréhendais juste la couture de la dentelle, mon pied de biche n’en avait encore jamais vu passer. Mais pas de problème de montage de ce côté la. Je me suis même fendue de coutures anglaises pour avoir de jolies finitions de corsage.

En revanche une fois finie, toute impatiente de la faire tournoyer, je l’enfile et je déchante : le corsage est trop large, les pinces poitrines mal placés et je bloque aux bras. MAIS A QUOI CA SERT DE FAIRE UNE TOILE ALORS ? Hurle-je dans mon salon.

Seda32

C’est vrai quoi, ce n’est pas la première fois que la toile est bonne mais pas la version finale… Pourtant il n’y a pas tant de différence entre un calicot de coton et ma toile de coton? Enfin, je commence donc par déplacer les pinces. Pour l’emmanchure qui bloque, je pense que c’est parce qu’elles descendent trop bas, mais malheureusement je n’ai pas assez de tissu pour redessiner les manches et le corsage. Je suis vraiment déçue… Enfin, je retire 5 cm au niveau du milieu dos et c’est mieux, mais pas parfait.

Seda36

Je trouve cette robe vraiment jolie, mais ce manque de mobilité au niveau de l’emmanchure peut quand même être un peu embêtant, elle est donc très bien, sauf si je veux aller incendier un dancefloor sauvagement. Ainsi je m’abstiendrai.

Bilan du projet

Modèle : Seda dress de Pauline Alice

Taille : J’ai coupé un 42,  j’ai enlevé 6 cm au dos, déplacé les pinces poitrines (mais à la réflexion, je n’aurais pas dû) , ajouté des poches qui ne sont pas prévue sur cette version

Matière : coton et dentelle rouge de chez mapetitemercerie

Coût : 65 € environ (patron, tissu, zip, fil)

Temps passé : 3 jours

Wearibility : je ne suis pas très à l’aise dans le corsage, alors je dirais 3/5

2016, défi jeans, ginger jeans.

Ginger9

Les pantalons et moi, c’est une histoire un peu compliquée.  Dans le prêt à porter  je ne trouve que rarement mon bonheur, comme beaucoup de femmes d’ailleurs. Il fut un temps où Gap et Levis avaient des lignes « curvy », joli mot qui me permettait de caser mes fesses dans un pantalon sans avoir de béance à la taille. Malheureusement pour les callipyges, la tendance a eu raison de ces modèles…

En couture, j’ai aussi essuyé quelques déboires  lorsque j’ai voulu me lancer dans le patron Juniper de Colette (rappelez-vous…). Au bout de 3 toiles, j’avais bien avancé mais les jambes de ce pantalon étant définitivement beaucoup trop larges, j’ai laissé tomber. Quand j’y repense, je me dis que ma copine Carmen a bien raison quand elle me dit que lorsqu’il n’y a pas beaucoup de réalisations visibles d’un patron, c’est qu’il y a un problème d’abord avec le patron !

Ginger49

Comme ces derniers mois je passe beaucoup de temps à la maison, chômage oblige, je suis assez souvent en jeans. J’en portais rarement auparavant, c’était même assez mal venu au bureau, alors j’en avais juste un. Un nouvel exemplaire me paraissait indispensable et comme je restais toujours sur mon objectif de coudre un pantalon, pourquoi pas me lancer dans un jeans ? En plus, Carmen organisait un stage de couture pendant 3 jour, c’était le projet idéal à emmener dans mon sac à dos.

J’ai choisi un patron, décliné moult fois par les couturières de la planète, le désormais classique Ginger Jeans, de Closet Case Patterns. Pour les Petites Mains Nomades, nous devions préparer notre toile, sans ajustement.

Ginger34

Nous voilà donc arrivées à la Manufacture Bohin, sous le crachin soleil normand avec les comparses couturières, prêtes à coudre. Des machines Janome rutilantes, fraîches sorties du carton nous attendaient, les fers à repasser chauffaient déjà. Nous avons d’abord procédé aux ajustements sur nos toiles, nous avions toutes un projet différent et à la fin de cette première journée, tous tombaient à la perfection.

petitesmains3

Le deuxième jour, j’ai préparé mes pièces. Le jeans a tendance à bouger à la coupe, j’ai décidé de couper sur une épaisseur simple. J’ai soigneusement coupé la doublure, thermocollé quelques pièces, bien reporté toutes les marques, j’étais prête à commencer à coudre.

Et là, CATASTROPHE. J’avais coupé deux fois la même jambe. Comme une idiote, j’avais oublié de retourner le patron en le répétant la deuxième fois sur mon tissu. Ma dernière journée de stage était bien compromise, vu que bien entendu, je n’avais pas de rab de tissu…

Ginger43

J’avoue que j’étais bien dégoûtée, je m’imaginais déjà rentrer a la maison avec mon nouveau jeans… En attendant, pendant que les copines avançaient sur leur projet, je me suis entraîné à monter la braguette.

De retour à Lyon, j’ai filé chez Mondial tissus, recoupé la jambe manquante et tout assemblé vite fait bien fait! Comme c’est un jeans bien plus élastique que le calicot de ma toile, j’ai ôté 3 cm de largeur aux jambes, et 2 à la taille. Maintenant que je l’ai porté, je me dis que j’aurais pu enlever 1 cm de plus, et supprimer le centimètre que nous avions ajouté sur l’empiècement dos, mais c’est un détail. J’aurais pensé que ce jeans se détendrait plus après une journée et non, la bonne surprise ! Sur ces photos, je le porte depuis 3 jours et il se tient plutôt bien.

Ginger25

Je suis très fière de mon jeans, il me va bien et surtout il me rappelle les quelques jours passés avec les copines couturières lors de nos Petites Mains Nomades. C’était la première édition de ce stage, et je ne peux que vous le conseiller : nous avons été traitées comme des reines ! Lolie qui s’occupait de la partie logistique du stage était aux petits soins, le matériel des sponsors (Janome, Brabantia et Braun, rien que ça) impeccable (pour tout vous dire je rêve encore du fer Dark Vapeur, et de sa planche à repasser, mon matériel étant comment dire… Plus archaïque ), l’hôtel parfait (mon lit faisait environ 6 m2).

Ginger39

Et surtout, passer 3 jours avec Carmen, Natacha, Patricia, Marianne et Lollie, à coudre, à discuter couture, et patrons, et techniques, et tissus et à bien rigoler, c’était vraiment, vraiment chouette. Merci encore les filles ! Pour celles et ceux que ça intéresse, Carmen et Lollie préparent une nouvelle édition pour cet automne. (Toutes les infos seront )

Ginger58

petitesmains5 petitesmains4

Bilan du projet

Modèle : Ginger Jeans, Closet Case Paterns

Taille : J’ai coupé un 16, qui correspond à mes hanches, nous avons ajouté 7 cm sur le plein des fesses, 1 cm à l’empiècement dos (que je supprimerai sur une prochaine version, j’ai enlevé 6 cm à la taille et 3 cm de largeur sur les jambes

Matière : jeans stretch de chez Mondial Tissu

Coût : 70 € environ (patron, jeans, zip, fil, rivets – pas encore posés)

Temps passé : 3 jours

Wearibility : je me sens très bien dedans, je le porte constamment, mais je mets juste un bémol sur l’imprimé dont je ne suis pas très fan (mais je n’ai pas eu trop le choix, j’étais un peu en retard pour acheter mon tissu avant le stage)

J’veux du soleil

C’est ainsi que je pourrais appeler ma petite collection printemps/été ! Je m’étais déjà prêtée à l’exercice pour les saisons automne/hiver 2014/2015 et printemps/été 2015. Avec mon déménagement de septembre, je n’avais pas renouvellé pour cet automne/hiver et je n’ai finalement pas beaucoup cousu pour moi non plus…

L’idée qui guide ces petites collections, c’est d’anticiper les projets couture, en fonction du besoin de vêtements, de leur compatibilité avec la garde robe existante et de leur cohérence avec mes envies et mon style habituel. L’été dernier j’avais été un peu ambitieuse et je n’avais cousu que 4 des robes prévues, sur les 8 espérées. Je vais donc être un peu plus modeste aujourd’hui !

Petit bilan quand même de mes projets de ces derniers mois, avant de vous présenter ceux à venir.

– 2 plantains, le classique t-shirt en jersey de Deer and Doe, offerts à mes sœurs,

– une Xerea de Pauline Alice, initialement prévue pour ma soeur, à qui le tombé ne plaisait pas, et offerte à ma mère qui en est ravie,

– une Cami de Pauline Alice, pour remplacer la sus-nommée Xerea dans le dressing de la frangine,

– un Châtaigne de Deer & Doe pour moi, non blogué, fait dans les restes du lainage de ma Cami,

– un manteau Butterick, je vous en ai un peu parlé ici !

– j’ai aussi tricoté un châle Wavy wavy de Mathieu Arnold pour l’anniversaire de ma maman, et je me suis fait un petit baable hat.

tricot

Pas autant de couture que j’aurais aimé, mais pourtant j’ai le nez dedans quasiment tous les jours, avec le CAP de couture flou que je prépare en candidat libre et un projet professionnel sur lequel je travaille pas mal.

Mais regardons maintenant vers le soleil qui poudroie et le ciel qui miroite. Été pour moi, ça veut dire robe, robe, robe. Donc il y a des robes (mais pas que !)

planche PE2016Pas mal de rouge, c’est back to basics pour moi, la couleur que je porte le mieux, que j’adore et qui commençait à me manquer… Pour les modèles :

– une Seda de Pauline Alice, en coton et dentelle rouge de chez My Little Mercerie,

– Deux Zéphyr, une rouge et une blanche, de Deer and Doe, en jersey de chez Tissus.net,

– Une Monéta chez Colette, en jersey tatoué pour la journée (je sais, je sais… je ne le ferai plus, c’est un achat d’avant),

– Une Anna de By Hand London, j’ai tellement porté la version 2015 qu’il m’en faut forcément une autre, je n’ai pas encore choisi son tissu

– Mon arlésienne personnelle, j’en parle depuis mes début en couture il y a 2 ans, la Butterick B5605, en coton étoile rouge et Blanc, de chez Reine

– Et en bonus, une robe noire patronnée par mes soins pour mes futures noces d’étain, si j’arrive à faire ce que j’ai en tête, ça va être CANON

Mais aussi,car il n’y a pas que les robes dans la vie :

– Un Ginger Jeans de Closet Case Patterns, en jeans étoilé de chez Mondial,

– Une chemise à manche courte Mélilot  de Deer & Doe, en coton léger à pastèques de chez Mondial Tissus,

– Et si c’est possible, je me frotterais bien au body Nettie de Closet Case Patterns en jersey rayé (chez complètement craqué sur celui de Clo !), au pantalon Sorell de Pauline Alice  en lin et à la jupe-short de course de chez Jalie .