Mon amourette de l’année

L’hiver dernier, engloutie par les plaids sur mon canapé, je zonais tranquille sur le grand internet mondial. Par les chemins tortueux de la serendipidité, j’atterissais alors chez Lili The Banyan Tree qui présentait son premier patron de tricot, le gilet Amourette. Je fus frappée d’émoi et tombais en amour direct.

AMourette-coté

Bien cintré, une encolure large, une version courte, idéale pour porter avec mes jupes tailles hautes et 2 jolies hirondelles, juste sous les clavicules, ce gilet était parfait et il me le fallait. Nous allions vivre des heures glorieuses lui et moi.

Seulement, un petit bémol de rien un tout menaçait de rendre notre histoire d’amour impossible. Après moult pamoisons devant l’amourette, je venais de me rappeler que je ne savais pas tricoter.

Alors en ce mois de décembre glacial, je pris la solide résolution que 2015 serait l’année où j’apprendrai le tricot. Je clamais donc mes intentions au monde entier, c’est à dire à Twitter, ce qui revient au même.
Un copain tricopathe invétéré, a alors la grâce de me donner quelques conseils pour commencer et m’invite à participer à un tricothé près de chez moi.

amourette-devant

Le jour dit, j’arrive avec mes écheveaux, mes aiguilles et mon patron et je déclare aux tricoteurs assemblés : c’est parti ! Ils ont doucement rigolé avant de m’expliquer qu’un écheveau devait d’abord être mis en pelote avant de tricoter.

J’avais l’air bien malin.

Heureusement que j’avais aussi le meilleur coach de tricot du monde : il a posé son tricot et passé l’heure suivante à m’aider à faire mes pelotes.

La semaine suivante, j’ai commencé à tricoter et à apprendre une langue étrangère… le tricot s’écrivant en glyphes mystérieux pour les profanes, à moi la joie du déchiffrage des K2, P2 et autres SSK.

Enfin, peu à peu les rangs se succédaient, les hirondelles en jacquard pointaient le bout de leur bec et s’envolaient… puis ce fut la longue descente du corps du gilet, la première manche puis l’infinie seconde. Le gilet commençait à ressembler à un gilet. Et après un peu plus de 5 mois, il tombait souplement de mes aiguilles.

amourette-detail

Honnêtement, il faudrait que je détricote car il est trop large pour moi et que je ne peux pas le porter à moins d’en devenir indécente. J’en suis quand même fière, c’est mon premier tricot de toute ma vie !

Je suis infiniment reconnaissante à Aurélie d’avoir créé un patron tellement joli qu’il m’a donné envie de tricoter, et à Mathieu a.k.a Mat813 d’être un super coach, patient et drôle, alors pluie d’amour, de paillettes et de cookies sur eux. Merci, merci, merci 🙂

Amourette-devant-PP

Petite synthèse

Modèle : Gilet Amourette de The Banyan Tree

Taille : 40

Matière : 7 écheveaux Ostane (coton et chanvre) de chez Kaneh-Bosem

Coût : Patron+fil+boutons = environ 50 € + le matériel que je n’avais pas câbles, aiguilles, marqueurs…

Portabilité : il est trop grand et pas portable en l’état, mais je pense le détricoter pour le refaire, il le mérite !

Publicités

8 réflexions sur “Mon amourette de l’année

  1. Waaaaaa, je suis si admirative … parce que l’amourette m’a aussi donné envie d’apprendre à tricoter, mais que je n’ai pas encore osé m’y frotter ! Vraiment un grand bravo ! Je participe à ta pluie de cookies et d’amour alors 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s